M6 : “Qui veut être mon associé ?” : le nouveau programme TV pour les entrepreneurs

M6 lance une nouvelle émission permettant à de jeunes entrepreneurs de bénéficier, si leurs projets sont sélectionnés, des conseils et du soutien financier de grands experts en investissement.

Une soixante de projets jugés par des experts

Obtenir des fonds grâce à une apparition télévisuelle. Voilà en quoi consiste la nouvelle émission de M6, “Qui veut être mon associé ?”, dévoilé à partir du mercredi 11 décembre. On y suit 6 experts en entrepreneuriat et en investissement qui doivent étudier et décider s’ils désirent financer ou non près de 60 projets qui leur sont soumis. Pour la constitution du jury de la première saison de l’émission, M6 a sélectionné des stars et “business angels” du monde de la startup telles que Marc Simoncini (Meetic), Catherine Barba (Cashstore) ou encore Frédéric Mazzella (Blablacar).

Une émission adaptée dans 40 pays !

C’est au Japon qu’est né il y a une quinzaine d’années le concept de cette émission, définissable comme un “The Voice” axé sur l’entrepreneuriat. L’émission a connu une adaptation dans près de 40 pays où elle a bien fonctionné auprès du public (elle en est déjà à sa 12ème saison aux USA !).

“Les startups candidates sont, pour la plupart, des jeunes “BtoC” (Business to Consumer) créant des produits ou proposant des services à destination des consommateurs. Cela facilite l’identification des téléspectateurs aux participants. La majorité des projets proposés au jury ne présentent pas d’innovations technologiques”, explique Nathalie Civrais, vice-présidente de Sony Pictures Entertainment et productrice de l’émission.

Pour rappel, le financement de startups non technologiques ne permet pas aux investisseurs de récupérer des mises multipliées durant les sorties. “C’est à des établissements bancaires que devraient s’adresser certains candidats”, remarque Catherine Barba, fondatrice et présidente de Cashstore. “L’émission fait la promotion de l’entrepreneuriat français. J’ai eu de véritables coups de cœur pour certains projets !”, déclare avec enthousiasme Marc Simoncini. “Soutenus ou pas par des investisseurs, tous les candidats ont bénéficié des conseils que leur a donnés le jury”, souligne Nathalie Civrais.

Des fonds pouvant atteindre plusieurs millions d’euros

Si M6 ne dévoile pas la somme investie pour la première saison de “Qui veut être mon associé ?”, on sait que les startups participantes demandent des fonds oscillant entre 20 000 et 9 millions d’euros. Avant leur financement, les projets retenus devront toutefois être vérifiés via une procédure de “diligence raisonnable” (vérifications effectuées par un investisseur préalablement à une transaction).